Créer un compte | S'identifier
Dieu nous donne son fils (Texte du cours: Matthieu.1 et 2)
EPOQUE : 5 ans avant J. C.
LIEU : Bethléem.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE : Le plus grand don que Dieu fit à l’homme fut d’envoyer Son Fils pour qu’il soit notre Sauveur.
    TEXTE D’OR : “ Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle ” (Jean 3 : 16)
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi - Mat. 1 : 20-23 ; 2 : 1-2 ; 11 : 13-16.
Mardi - Es. 53 : 2-12.
Mercredi - Luc 1 : 39-56.
    Jeudi — Mat. 1 : 18-25.
Vendredi — Mat. 2 : 1-12.
Samedi — Mat. 2 : 3-23.
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER
(Matthieu 1 : 20-23 ; 2 : 11; 13-16)

L'évangile de Matthieu gravite autour de ces deux pensées : le CHRIST-ROI et le Royaume de Dieu. Le premier chapitre présente les ancêtres humains, la lignée de David et la divine origine du Roi. Le second chapitre montre comment l'enfant-Roi fut reçu par les trois groupes suivants

1. Les savants païens venus de pays éloignés
2. Les chefs religieux israélites
3. Le roi des Juifs : Hérode

I. - LES SAGES
Les chercheurs. - "Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem". D'après leur nom ("Magi" dans l'original) nous pouvons savoir que ces Sages étaient membres d'une caste de prêtres vivant en Perse et en Chaldée, et spécialisés dans l'étude des astres et l'interprétation des songes. C'est à cette caste qu'appartenaient Balaam (Nomb. 24 :15) et Daniel qui devint le "chef suprême de tous les Sages de Babylone" (Dan. 2:48; 1:17 ; 2 :13). Mais ceux ci étaient plus que des Savants, des hommes de science ou des magiciens ; ils furent d'ardents chercheurs du vrai Dieu.

Le signe. - "Nous avons vu son étoile en Orient". Une nuit, alors que ces Sages s'efforçaient de lire dans les astres le message de Dieu à l'homme, ils virent une étoile remarquablement lumineuse et ils interprétèrent ce signe comme étant l'annonce de la naissance du Roi-Sauveur (Nombr. 24:17, comparer avec Apoc. 22 :16). Ceux qui cherchent Dieu ardemment recevront une révélation céleste qui satisfera leur soif.

La recherche. - Leur voyage et leurs recherches nous suggèrent les leçons suivantes:

1. - Les savants païens venus de pays d'orient. Dans toute sa plénitude, nous devons suivre la lumière que nous pouvons avoir. Si les Sages avaient passé leur temps à admirer l'étoile, ou simplement à discuter à son sujet, ils n'auraient pas trouvé Christ.
La lumière qui nous vient des Ecritures n'est pas une douce chaleur où l'on peut se chauffer paresseusement, mais un moyen de parvenir à Dieu et à une vie sanctifiée.

2. - Nous devons penser qu'il n'y a pas de difficultés trop grandes à surmonter, pas de sacrifices trop grands à faire pour rechercher Christ. Ces Sages ont dû parcourir des centaines de kilomètres, et les voyages à cette époque étaient loin d'être aussi faciles que de nos jours.

3.- Dans leur recherche du Roi nouveau-né, ils ne négligèrent pas l'effort des possibilités naturelles. Il est dit qu'ils s'enquirent auprès d'Hérode :
" Où est le roi des Juifs qui vient de naître?" La révélation divine ne nous dispense pas de l'étude et des recherches personnelles guidées par l'intelligence.

4.- Nous apprenons que l'effort suprême de l'homme doit être dirigé dans la recherche du Seigneur Jésus-Christ. Il est dit que ces Sages ne songeaient, n'espéraient et n'agissaient que pour trouver les bénédictions suivantes :

a) L'élixir de vie qui serait capable de guérir toutes les maladies, calmer toutes les souffrances et procurer une sorte d'immortalité.

b) La pierre philosophale qui devait transformer les métaux en or.

c) La fontaine de jouvence dont les eaux donneraient la jeunesse éternelle à qui s'y baignerait.
Tous ceux qui firent de telles recherches au cours des siècles échouèrent. Mais l'étoile de Bethléem conduit tout chercheur vers Christ en qui on trouve le véritable élixir de vie, la pierre philosophale et la fontaine qui donne l'immortalité.

Le succès. - Finalement, l'étoile conduisit les Sages vers le Roi. Après tout, ce qui permet de juger la sincérité de toute directive où la signification de tout rêve ou vision est le résultat final.

Le service. - Quand les Sages entrèrent dans la maison, ils virent le bébé; "ils se prosternèrent et adorèrent" Remarquez le caractère de leur adoration. Elle était fondée sur :
a) La foi. Le tout petit bébé ne ressemblait en rien à un roi, mais les Sages avaient foi en l'étoile.
b) La ferveu. Ils se prosternent devant lui.
c) Le sacrifice personnel. Ils lui apportent des présents précieux comme témoignage extérieur de leur hommage et de leur consécration (Rom. 12:1; 2 Cor. 8:5).
d) L'intelligence. Ils savaient qui ils adoraient et pourquoi ils adoraient.
e) L'obéissance. Quand ils furent avertis par Dieu de ne pas retourner vers Hérode, ils obéirent.

   

II. - LES CHEFS RELIGIEUX
Troublé par la question des Sages : "Où est le Roi des juifs qui vient de naître ?" Hérode fit venir les principaux d'entre les prêtres et les scribes et s'informa d'eux où devait naître le christ
.
L'étude des prophéties.- Comment ces hommes connaissaient-ils le lieu de naissance du Messie ? Pourquoi Hérode pensait-il que les prêtres et les scribes pouvaient le renseigner ? Visiblement, il attendait une réponse et il l'eut promptement : "...à Béthléem en Judée, car voici ce qui a été écrit par le prophète.." Voyez Michée 5:1 que citent les prêtres et les scribes. Ces hommes connaissaient les Ecritures; de plus, ils croyaient qu'elles étaient inspirées de Dieu et que les prophéties auraient "un jour" leur accomplissement. Il n'est pas étrange, dans ces conditions, qu'ils ne comprirent pas la signification de cette étoile dont parlaient les Sages et qu'ils ne les accompagnèrent pas pour chercher le Roi. Comment pouvons-nous admettre une telle inconséquence ?

Les chefs religieux ne désiraient pas la venue du Messie. Ils avaient d'amples connaissances mais pas d'amour. Ils étaient trop satisfaits de leur situation. Evidemment, ils avaient du ressentiment contre les Romains, ils auraient souhaité avoir seuls le pouvoir ; mais malgré tout, ils préféraient César à Christ et cette préférence fut prouvée plus tard par leur terrible demande criée à Pilate devant son Tribunal (Jean 19:15). Enseignement pour notre génération : il n'est pas suffisant de croire tout bonnement au retour du Seigneur Jésus-Christ; il n'est pas suffisant de connaître chaque chapitre et
chaque verset concernant cet événement béni; "la couronne de justice" est pour "ceux qui auront aimé son avènement" (2 Tim. 4:8).

Jésus lui mène estime qu'il est nécessaire de proclamer cet avertissement : "Prenez garde à vous-même, de crainte que vos cœurs ne s'appesantissent par les excès du manger et du boire et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l'improviste"
(Luc 21 :34)

III - HERODE
Son hypocrisie. - Hérode avait dit aux Sages : "Prenez des informations... quand vous l'aurez trouvé, faites-le moi savoir afin que j'aille aussi moi mène l'adorer." Mais Dieu voit tout au travers des mensonges religieux. Il sait si les gens éprouvent vraiment le besoin de l'adorer ou s'ils veulent nuire à sa cause. Les Sages et Joseph furent avertis par Dieu de la nécessité d'éviter Hérode. Joseph reçut l'ordre de demeurer en Egypte jusqu'à ce qu'il soit informé de la possibilité de revenir sur sa terre natale et ainsi s'accomplit la prophétie : "Et j'appelai mon fils hors d'Egypte" (Osée 11:1)

Sa cruauté. - "Alors, Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages." joué par les mages ? Pas du tout; il avait été joué par Dieu pour avoir essayé de se mettre au travers de ses plans. S'humilia-t-il et voulut-iI admettre qu'il avait lutté contre Dieu, que Dieu avait triomphé et qu'il devait se repentir ? Non. Il ordonna de massacrer tous les enfants de Bethléem et de tout le territoire ; tous les enfants de deux ans et au-dessous, espérant ainsi supprimer le Christ enfant. Quand les gens du monde sont dans une situation difficile, ils peuvent faire une des deux choses suivantes: permettre aux événements de les briser ou devenir furieux et essayer de les vaincre il est sage de nous humilier sous la main de Dieu.

Sa mort. - Quel fut le résultat final de la lutte entre le cruel Hérode et le Dieu vivant ? Un ange du Seigneur apparut à Joseph et lui dit : " ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts". Comme Hérode en voulut à la vie du petit enfant, l'empire Romain en voulut plus tard à la vie de l'Eglise et utilisa la puissante organisation impériale pour l'écraser. Le sang de bien des martyrs fut répandu, mais "les portes de l'enfer" a dit Jésus "ne prévaudront point" contre son église. Il existe maintenant des persécuteurs de l'Eglise et il s'en lèvera dans l'avenir, mais de chacun d'eux on dira : "Ils sont morts ceux qui en voulaient à la vie de l'enfant" Aucune puissance de la terre ne peut détruire la vérité de Dieu. Ceux qui sont du côté de Dieu sont du côté gagnant.