Créer un compte | S'identifier
Christ ressuscité des Morts
(Texte du cours : Marc 15 : 42-47 ; 16 : 1-20)

EPOQUE : 30 ans après J. C.
LIEU : Jérusalem.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE : Sur la Croix, Jésus paya la rançon de la mort; par sa résurrection, Il ouvrit la porte de la Vie Éternelle.

    TEXTE D’OR : « Maintenant Christ est ressuscité des morts ; Il est les prémices de ceux qui sont morts. »
1 corinthiens 15 : 20.
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi – Marc 16 : 1-14.
Mardi – Jean 20 : 1-31.
Mercredi – 1 Corinthiens 15 : 1-11.
    Jeudi – 1 Corinthiens 15 : 12-26
Vendredi – 1 Corinthiens 15 : 35-49.
Samedi – 1 Corinthiens 15 : 50-58.
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

( Marc 15 : 42-47 ; 16 : 1-20 )

AMOUR ET TRISTESSE AU TOMBEAU

Très tôt, le premier jour de la semaine, trois femmes, disciples de Jésus, vinrent au tombeau avec l’intention d’oindre ou d’embaumer le corps de leur Maître. Ce détail prouve qu’elles ne croyaient nullement à sa résurrection. Ne leur avait-il donc pas affirmé qu’il ressusciterait ? Oui. Mais la tristesse avait effacé tout souvenir de cette assurance. En outre, elles ne l’avaient pas complètement compris quand il avait parlé à ce sujet. Une vérité à demi comprise malgré un clair exposé est bien vite oubliée (Voir Marc 9 :10). De ce fait, nous pouvons tirer les leçons suivantes

1) Comme ces femmes, il peut nous arriver, dans un moment de désarroi, d’oublier les vérités profondes que nous devons retenir en ce qui concerne Christ; nous permettrions aux sombres nuages de cacher les promesses qui transformeraient notre tristesse en joie.

2) Le but de ces femmes, fruit de leur ignorance; ne fut pas atteint. C’était l’amour qu’elles avaient pour leur maître qui leur inspirait ce dernier service rendu à Christ. Nous pouvons être sûrs que le Seigneur l’a apprécié. Il apprécie le véritable mobile d’une action même quand cette action constitue une erreur en elle même.

« QUI NOUS ROULERA LA PIERRE LOIN DE L’ENTREE DU SÉPULCRE? »

Tel est le problème qui s’imposait à l’esprit de ces femmes quand elles se dirigeaient vers le tombeau. Et ce problème les tracassait beaucoup. « Levant les yeux, elles aperçurent que la pierre qui était très grande, avait été roulée ». Souvent, comme ces femmes, nous redoutons les difficultés et nous avançons vers notre but l’esprit torturé par l’idée de telle ou telle difficulté. Mais combien de fois avons nous levé les yeux pour regarder, et avons nous trouvé la pierre roulée et le passage libre. Dieu sait comment rouler les pierres qui barrent notre sentier.

IL EST RESSUSCITE. IL N’EST POINT ICI

Par ces paroles, un ange assis près du tombeau informait ces femmes que ce n’était pas là qu’elles devaient s’attendre à trouver le Christ vivant. Ce n’est pas au tombeau qu’il faut regarder vers Christ. On n’a jamais retrouvé son corps et jamais on ne le trouvera parmi les morts. D’autres tentatives ont été faites pour l’enterrer (au sens figuré).

1) Au cours des âges, tout prouve qu’on a voulu l’ensevelir dans des théories doctrinales mais des réformateurs successifs ont su remettre en relief ce message: « Il est ressuscité, il n’est point ici. »

2) Beaucoup voudraient l’ensevelir dans le tombeau de la science, affirmant que la résurrection est contraire à toute donnée scientifique.

3) Quelques-uns ont essayé de l’ensevelir dans le tombeau du modernisme.

4) Des hommes d’église zélés l’ont placé dans le tombeau des rites et des cérémonies,

5) Des gens égarés l’ont enterré sous la pierre du fanatisme. En désignant tous ces tombeaux vides, nous pouvons déclarer comme l’ange : « Il est ressuscité, il n’est point ici. »

UN MESSAGE PARTICULIER DU CHRIST RESSUCITE.

« Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu’il vous précède en Galilée. » « Et à Pierre ! » Pourquoi le nom de Pierre est-il mis en relief et pourquoi ce disciple est-il le seul à être désigné par son nom ? Il était accablé sous le poids de son lâche reniement de Christ et avait honte de se trouver à nouveau face à face avec son Maître. Plus tard, Christ ressuscité aura un entretien particulier avec Pierre et ce dernier trouvera le pardon (voir Luc 24 : 34; 1 Corinthiens : 15 : 5). Étudions le message de Marc 16 : 7. Il nous enseigne que :

1) L’amour est plus fort que la mort. Quand les disciples apprirent que Christ était

   

ressuscité, ils auraient pu être remplis de crainte et ils auraient pu se demander si dans sa nouvelle vie, l’attitude de Jésus à leur égard n’allait pas changer. Le message adressé aux disciples par la bouche de l’ange prouvait qu’il s’agissait toujours du même Jésus, du Jésus avec lequel ils avaient marché et qu’il était toujours pour eux le même bon berger. « Il vous précède en Galilée » Ni la croix ni le trône ne pouvaient priver les disciples de son amour. L’amour est le même quel que soit le lieu ou la condition.

2) L’amour de Jésus n’est pas amoindri par notre culpabilité. Pendant un moment, Pierre renia son Seigneur et par cette défaillance se montra indigne de Christ. Mais Christ n’a pas renié Pierre. Nos péchés peuvent obliger Christ à nous châtier, mais nos péchés et nos défaillances ne peuvent détourner de nous son amour. Notre propre manque d’amour ne le repousse pas.

3) C’est par amour que Jésus envoie un message particulier, pour un péché particulier. On aurait facilement admis qu’un message spécial soit adressé aux apôtres qui se tinrent fidèlement au pied de la Croix ou aux disciples secrets qui ont enseveli le corps de Christ. Mais au contraire, c’est celui qui renia le Maître qui reçut ce grand honneur. Pourquoi cela ? L’état spirituel de Pierre nécessitait un témoignage particulier de l’affection du Sauveur. Sans ce témoignage, Pierre n’aurait pas répondu à l’appel et ne serait pas allé rejoindre Jésus en Galilée. Il aurait dit : « Le message est adressé aux disciples de Christ; puis que je l’ai renié, je ne suis plus digne d’être appelé son disciple. » La misère d’une humanité égarée nécessite de la part de Christ une manifestation spéciale de son amour ( Luc 15 : 1-10. 25-32). 4) L’amour de Christ s’adresse à un homme en particulier. Le Seigneur ne s’occupe pas de nous « en gros », mais individuellement et personnellement.

LES DOUTES DU FIDELE

Quand Marie de Magdala dit aux disciples en larmes que leur Maître bien-aimé était vivant, ils « ne la crurent pas ». Et ce n’était pas parce qu’il s’agissait d’une mauvaise nouvelle, au contraire, c’était la glorieuse nouvelle qu’ils voulaient croire. Mais elle semblait trop belle pour être vraie (comparer avec Luc 24 : 41). De nos jours, beaucoup de gens ne croient pas à l’enseignement de la Bible et ce n’est pas parce qu’elle ne renferme pas de bonnes nouvelles, mais plutôt parce que ses promesses semblent trop belles pour être vraies. Mais l’amour de Dieu, la puissance du Salut et la gloire des cieux sont réels. Christ a dit « Si cela n’était pas je ne vous l’aurais pas dit..» Si étrange que puisse paraître notre affirmation, nous pouvons dire qu’il est bon que les disciples aient douté. Et cela pour deux raisons :

1) La relation de ce fait est un témoignage de l’honnêteté des écrivains des Évangiles. S’ils n’étaient que de pieux écrivains ayant imaginé cette histoire comme certains le supposent, ils se seraient bien gardés de rapporter des détails qui, à première vue, ne sont pas favorables à la réalité de la résurrection.

2) Ce fait nous prouve que les disciples n’auraient jamais cru à la résurrection de Christ sans la plus convaincante des évidences. Mais ils furent amplement convaincus quand ils eurent vu Christ, qu’ils l’eurent touché, qu’ils lui eurent parlé et qu’ils eurent mangé avec Lui. Ces hommes doutèrent un instant de la réalité de la résurrection de Christ afin que nous ne puissions jamais en douter.

QUESTIONS

1 – Dans quel but les femmes allèrent-elles au tombeau ?

2 – Que prouve ce fait en ce qui concerne leur attente ?

3 – Pourquoi avaient-elles oublié les paroles de Jésus concernant sa résurrection des morts ?

4 – Quel problème s’imposait à leur esprit pendant qu’elles se dirigeaient vers le tombeau ?

5 – Que se produisit-il quand elles arrivèrent au tombeau ?

6 – Cherchaient-elles Christ où il fallait le chercher ?