Créer un compte | S'identifier
La Vérité triomphe à Ephèse (Texte du Cours : Actes 19 : 1 à 20 : 38)

EPOQUE : 53 à 56 ans après J.C
LIEU : Ephèse.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE : La Puissance de l’évangile est plus forte que les puissances des ténèbres.

    TEXTE D’OR : “ Il n’y a aucune différence en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent ” Romains 10: 12
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi – Actes 19 : 1-10.
Mardi – Actes 19 : 11-20.
Mercredi – Actes 19 : 25-41.

    Jeudi – Actes 20 : 1-12.
Vendredi – Actes 20 : 17-27.
Samedi – Actes 20 : 28-38.
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

(Actes 19 : 1-6 ; 19 : 23-27)

Après avoir fondé des Églises à Thessalonique et à Corinthe, Paul visita Ephése ; mais il limita son séjour dans cette ville, car il voulait se trouver à Jérusalem pour les fêtes, promettant d’ailleurs d’y revenir si c’était la volonté de Dieu. Tenant ses promesses, il y revint plus tard et demeura trois années à Ephèse.

Le double effet de la prédication de l’Évangile – Selon son habitude, Paul commença là son ministère en prêchant pour les Juifs. “ Mais comme quelques-uns restaient endurcis et incrédules, décriant devant la multitude la voie du Seigneur, il se retira d’eux et sépara les disciples. ” (19:9).
L’Évangile produisait les deux effets habituels : quelquesuns s’endurcirent. Quelques-uns ouvrirent, leur cœur à l’Esprit, mais d’autres endurcirent leur propre cœur. L’Évangile oblige les hommes à prendre une décision, et rejetant toute attitude de neutralité les force à se prononcer pour Dieu ou contre Dieu. C’est de ce choix que dépendent les conditions spirituelles et la destinée éternelle de l’homme. Ainsi, ce même Évangile qui apporte la vie à certains apporte à d’autres la condamnation et la mort. Le fait que certains s’endurcissent ne peut être retenu à charge contre l’Évangile et ne lui est pas particulier. Le même soleil qui fait mûrir les fruits dans les vergers dessèche le Sahara. Le même feu qui fait fondre la cire, durcit l’argile.

Signes qui ont accompagné la prédication de Paul – “ Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul au point qu’on appliquait sur les malades des linges ou des mouchoirs qui avaient touché son corps et les maladies les quittaient et les esprits malins sortaient ” (Actes 19: 12). Ephèse était le centre de l’idolâtrie, des superstitions et de toutes sortes d’arts magiques. cette ville était le lieu de prédilection de tous les imposteurs en matière religieuse, d’innombrables philosophes, de maniaques, de pseudo guérisseurs et le siège de toutes ses doctrines en “ isme ”. Il est évident que dans un tel milieu, il fallait une puissance extraordinaire pour rassembler des auditeurs de l’Évangile et pour distinguer le message de la Bonne Nouvelle, de tous ceux qui enseignaient de fausses doctrines. Par des miracles particuliers, Dieu plaça son envoyé très haut dans l’opinion des Éphésiens et lui permit ainsi de jeter les fondements d’une très forte église. Des pièces de vêtements qui avaient touché son corps devinrent le moyen par lequel se manifestait la puissance divine et de cette façon, un grand nombre de personnes furent guéries loin de Paul. Mais, remarquons deux choses : premièrement, c’était Dieu qui faisait le miracle – deuxièmement, il est entendu que ceux qui étaient guéris étaient remplie de foi. Lés faux prophètes sont démasqués 1 – “ Quelques exorcistes juifs ambulants essayèrent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits malins le nom du Seigneur Jésus en disant : “ Je vous conjure par Jésus, que Paul prêche ! ” (19: 13).
“ L’esprit malin leur répondit : Je connais Jésus, et je sais qui est Paul; mais vous, qui êtes-vous? Et l’homme dans lequel était l’esprit malin s’élança sur eux. ” (19: 15-16). Il est naturel pour ces hommes dont la profession était de chasser les démons, d’essayer d’utiliser le nom de jésus car à cette époque on croyait que le nom d’un Dieu ou d’un ange avait quelque pouvoir. Mais l’humiliante expérience qu’ils firent alors leur enseigna que seuls ceux qui ont reçu l’Esprit de Jésus peuvent efficacement utiliser son nom.

Notons les leçons successives qui se dégagent de cet incident.

1) Le seul Christ qui apporte la bénédiction à ceux que nous voulons édifier est le Christ que nous connaissons, le Christ qui habite en nos cœurs, qui marche et parle avec nous. Il serait vain d’adjurer la foule au nom du Christ que connaissaient Wesley, Whitefield ou d’autres. Le “ nom ” de Christ signifie Son caractère, Sa puissance, Sa nature; et avant d’utiliser son nom, il doit être vraiment notre par expérience.

2) Ces hommes étaient des païens qui s’efforçaient d’adjoindre à leur religion une part de christianisme et cela dans un but intéressé. Mais le christianisme ne peut fusionner avec une autre doctrine. Le Docteur Parker disait : “ le christianisme veut le monde pour lui seul. S’il pouvait aller de pair avec d’autres philosophies et d’autres religions et discuter à rang égal, il n’aurait que peu de succès et peu d’intérêt. ” Il y avait beaucoup de noms et de dieux à Ephése mais le résultat de cet incident fut que “le nom de Jésus fut glorifié ” au-dessus de tous les autres noms.

3) Le christianisme est sans puissance s’il n’est pas sincère. Un feu représenté en peinture ne brûle pas; un chrétien simulé ne pourra lutter contre les puissances du mal.

 

 


__________________________________
1 Note de l’Editeur C’était indépendamment de la volonté de Paul que les linges étaient posés sur ceux qui souffraient. Quand le malade est au loin, la Parole de Dieu recommande la prière. (Matt. 21-22).

   

Le pêché caché est dévoilé – “ Plusieurs de ceux qui avaient cru, venaient confesser leurs fautes et déclarer ce qu’ils avaient fait. Et un certain nombre de ceux qui avaient exercé les arts magiques ayant apporté leurs livres, les brûlèrent devant tout le monde ”. (19: 18-19). La manifestation de la puissance de Christ amena la conviction de péché chez les croyants et cette confession publique.

Étudions les vérités suivantes concernant la confession des péchés

1) La confession est une cause de santé spirituelle. “ Une honnête confession et salutaire pour l’âme ” déclare un vieux dicton. Confesser sincèrement un péché à Dieu apporte le pardon de l’offense. Si nous lui confessons nos péchés, Lui, le fidèle et le juste, nous pardonnera et nous lavera de toute souillure.

2) La confession est nécessaire si nous voulons conserver la communion avec Christ. Celui qui garde un péché dans son cœur ne peut attendre une bénédiction.

3) Une réelle confession est parfois coûteuse. Quelques convertis avaient continué leurs pratiques magiques après leur baptême. Mais maintenant, ils voulaient avancer dans la sanctification pour prouver leur sincérité, ils brûlaient publiquement des livres de sorcellerie qui valaient des milliers de francs. Et là, nous voyons ce que l’on doit faire des romans sans valeur ou dés livres pernicieux. Un auteur mourut un jour en laissant un manuscrit; un éditeur déclara à la veuve que la publication de cet ouvrage lui rapporterait plusieurs centaines de milliers de francs. Au lieu de confier le manuscrit à l’imprimeur, la veuve le prit, s’assit près du feu et feuille par feuille, livra le trésor aux flammes. Pourquoi ? Parce qu’elle pensait que s’il était publié, il porterait préjudice à la moralité des lecteurs.

Tumulte à Ephèse – Les progrès extraordinaires du christianisme déplurent particulièrement à l’orfèvre Dérnétrius qui se faisait un gros revenu en vendant aux adorateurs païens, des statuettes de la déesse Diane.

Bien entendu, quand les païens se convertissaient, ils renonçaient à leurs idoles et le commerce de Démétrius s’en ressentait. Il était tellement irrité en constatant la perte que ces conversions lui occasionnaient qu’il se décida à rassembler ses ouvriers avec ceux du même métier ; il fit adroitement appel à leur superstition et à leurs sentiments païens puis, quand il jugea que les esprits étaient suffisamment échauffés, il fit une réunion au cours de laquelle, pendant deux heures, ce peuple loua la déesse et cela au milieu de la confusion générale. Le secrétaire de la ville qui était un homme de bon sens, apaisa la foule, déclara que ceux que l’on accusait n’avaient après tout commis aucun sacrilège, que, de toute façon, l’ordre devait être maintenu et que si l’orfèvre et ses ouvriers avaient à se plaindre de Paul et ses amis, ils devaient les appeler en justice selon les lois établies. Il fit remarquer aux émeutiers qu’ils avaient eux-mêmes provoqué les troubles et que les autorités pouvaient fort bien “ les accuser de sédition ”. Il dispersa la foule et on ne parla plus de cette affaire.

Les adieux de Paul – Paul avait montré son assurance en essayant d’entrer dans le théâtre et de parler à la foule en délire qui s’y était rassemblée. Ses amis étaient intervenus pour le détourner de ce projet. Il sentit alors que son ministère à Ephèse était terminé et il prit le chemin de la Macédoine, puis de là, passa en Grèce, exhortant les chrétiens. Il se proposait de s’embarquer ensuite pour la Syrie, mais apprenant que les Juifs tramaient un complot contre lui, il déjoua leurs plans en reprenant la route de la Macédoine. Voulant se trouver à Jérusalem pour la fête de la Pentecôte, il ne s’arrêta pas à Ephèse, mais “ de Milet, Paul envoya chercher à Ephèse, les anciens de l’Eqlise ”. Il leur fit ses dernières recommandations qui prouvent sa noblesse de cœur et l’esprit qui l’animait et qui mettent en relief le côté sublime de son œuvre évangélique.

QUESTIONS

1 – Dans quelles villes Paul a-t-il établi des églises avant de se rendre à Ephèse ?

2 – Combien de temps demeura-t-il à Ephése quand il y alla pour la seconde fois ?

3 – Pourquoi Paul se sépara-t-il de la synagogue d’Ephèse

4 – Citez les signes qui accompagnèrent le ministère de Paul ?

5 – Comment furent dévoilés certains faux prophètes ?

6 – De quel péché certains furent-ils convaincus par la puissance de Dieu ?

7 – En coûte-t-il parfois de servir Dieu de tout son cœur ? Qu’en retire-t-on ?

8 – Quelle fut la cause des troubles qui survinrent à Ephèse ?

9 – Que peut-on dire du caractère de l’œuvre évangélique de Paul ?

<