Créer un compte | S'identifier
Arrestation et Épreuves de Paul (Texte du Cours : Actes 21 à 26)

ÉPOQUE : 57 ans Après J. C.
LIEU : Jérusalem.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE : Nous devons nous donner tout entier pour Christ et pour la propagation de l’Évangile.

     
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi – Actes 21 : 30-40.
Mardi – Actes 22 : 3-14.
Mercredi – Actes 23 : 11-24.


    Jeudi – Actes 24 : 14-25.
Vendredi – Actes 26 : 13-23.
Samedi – Actes 27 : 23-44.
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

(Actes 21 : 30-32)

Paul savait que les épreuves l’attendaient à Jérusalem. “ De ville en ville, l’Esprit Saint m‘avertit que des liens et des tribulations m’attendent. ” (Actes 20: 23). Les apôtres interprétèrent ces paroles comme un avertissement, mais pas comme une interdiction de se rendre à Jérusalem. Convaincu qu’il était dans son devoir de se rendre dans cette ville, Paul alla de l’avant. Il imitait son Maître qui y était entré sachant d’avance ce qui l’y attendait. L’apôtre ignorait quelles seraient ses épreuves, mais il n’ignorait pas qu’elles pourraient aller jusqu’à la mort.
Il savait ce que lui en coûterait sa décision, il était décidé à en payer le prix. (Actes 21:13).
Les chrétiens de Jérusalem demandèrent à Paul de s’efforcer de détruire la mauvaise opinion qu’avaient de lui les Juifs chrétiens en prenant part avec quatre frères, à une cérémonie au Temple. Paul accepta. Tout alla bien jusqu’au moment où les juifs d’Asie ayant espionné Paul dans le temple, ameutèrent la foule qui l’aurait certainement tué sans l’intervention des soldats romains.

PAUL DONNE SON TÉMOIGNAGE À LA FOULE

Paul savait comprendre une populace en fureur et savait être patient envers elle. Plus de vingt ans auparavant, n’avait-il pas lui même dirigé contre l’Église la sauvage attaque qui devait disperser les chrétiens ? Il avait envoyés en prison des hommes et des femmes ; il les avait parfois fait battre de verges ou même envoyés à la mort et cela parce qu’ils croyaient en Jésus. Il présenta ces faits à la foule en faisant bien remarquer qu’il était possible d’en apporter les preuves. Il pourchassait les chrétiens dans le but de les arrêter et de les emmener à Jérusalem ou ils devaient subir la peine qu’entraînerait leur condamnation, quand soudainement, survint la vision qui bouleversa sa vie et changea son avenir. La foule l’écouta jusqu’au moment où il leur dit comment il avait été baptisé et comment il avait vu le Seigneur alors qu’il était ravi en extase. Quand il déclara qu’il avait reçu la mission de prêcher aux gentils, la tempête se déchaîna. Bien des gens sont ainsi disposés à écouter un message, mais seulement jusqu’à ce qu’un mot de la vérité froisse un de leurs préjugés favoris; après Ils se bouchent les oreilles. L’officier romain ne comprenant que fort peu de choses en matière de religion, supposa que Paul avait commis quelque crime contre les Juifs.
C’est pourquoi il se prépara à administrer à Paul “ la question ” par le fouet, afin de provoquer des aveux. Mais Paul évita ce supplice en invoquant sa qualité de citoyen romain ; c’est alors que le tribunal décida de le faire comparaître devant le Sanhédrin Juif qui pourrait instruire son cas.

PAUL TÉMOIGNE DEVANT LES CHEFS JUIFS

Paul, les regards fixés sur le Sanhédrin, dit Hommes frères, c’est en toute bonne conscience que je me suis conduit jusqu’à ce jour devant Dieu. ” Et cette affirmation était exacte car, même quand il persécutait les chrétiens, il pensait sincèrement être au service de Dieu. La conscience a une puissante influence sur le caractère. Mais comme une montre, elle peut se dérégler. Une montre doit être réglée sur une horloge exacte et une bonne conscience se règle et prend sa ligne de conduite sur la Parole de Dieu.
Le Souverain Sacrificateur ordonna à ceux qui se trouvaient près de lui de le frapper sur la bouche. “Alors Paul lui dit : “ Dieu te frappera muraille blanchie ! Tu es assis pour me juger selon la loi et tu violes la Loi en ordonnant qu’on me frappe ! ”
L’attitude du souverain sacrificateur en cette occasion méritait bien un blâme sévère. Mais, en outre les paroles de Paul constituaient une prophétie. Car ce grand prêtre fut assassiné cinq ans plus tard. Peut-on accuser Paul de s’être emporté? Nous devons faire une distinction entre la colère et l’indignation. La colère est un état émotif qui prend le pas sur un jugement équitable et l’altère.
L’indignation laisse l’homme maître de son jugement et le dresse contre ce qui est mal. “ Ceux qui étaient près de lui dirent : tu insultes le souverain sacrificateur de Dieu ! Et Paul dit : je ne savais pas, frères, que ce fut le souverain sacrificateur; car il est écrit tu ne parleras pas mal du chef de ton peuple. ” Dans la chaleur de son indignation contre un homme injuste, Paul avait oublié la fonction élevée du grand prêtre. Son excuse courtoise nous enseigne que nous devons honorer la fonction même quand nous ne pouvons pas respecter l’homme.

PAUL MET LE SANHÉDRIN EN ÉCHEC

Comprenant qu’il ne pouvait espérer, aucune justice de ces hommes aux idées préconçues, Paul décida de se soustraire à leur juridiction non pour sauver sa propre personne mais plutôt pour trouver une autorité capable d’écouter l’évangile avec plus de loyauté. Sachant que l’assemblée comprenait des Pharisiens (qui croyaient à la résurrection et à une vie future) et des Saducéens (qui niaient la résurrection et l’existence des anges), Paul usa d’un stratagème pour diviser ses juges. “ Hommes frères, leur dit-il, je suis pharisien, fils de pharisiens; c’est à cause de l‘espérance et de la résurrection des morts que je suis mis en jugement. ” Ces mots provoquèrent une longue et violente

   

controverse entre les deux parties de l’assemblée. Il en résulta une si grande confusion que les Romains, craignant pour la vie du prisonnier, le firent promptement descendre “ pour le conduire à la forteresse ”. Toutefois, les Juifs ne se tinrent pas pour battus. Quarante d’entre eux tirent serment de s’abstenir de manger et de boire jusqu’à ce qu’ils eussent tué Paul. Le complot fut découvert par le neveu de Paul et dès que L’officier romain apprit la chose, il fit conduire Paul à Césarée avec une escorte de quatre cent soixante-dix soldats.

PAUL DEVANT FÉLIX

Quelques jours plus tard, les autorités juives arrivèrent et portèrent plainte contre Paul. Ils l’accusèrent d’exciter “ tous les juifs du monde ” contre le gouvernement, d’enseigner de fausses doctrines et d’avoir profané le temple. Paul réfuta aisément toutes ces accusations. Le gouverneur Félix avait un esprit assez subtil pour déceler le vrai de cette affaire mais il ajourna sa décision, car il espérait recevoir un “ pot de vin ” de Paul. Il ordonna que le prisonnier soit traité avec courtoisie. La femme de Félix était juive. Paul eut l’occasion de parler librement au gouverneur et à sa femme; Il les entretint “ de la justice, de la tempérance, du jugement à venir ”. Félix trembla, mais Il n’arriva jamais à une véritable repentance, du moins, rien ne nous permet de l’affirmer.
Quand il cessa ses fonctions, il se rendit à Rome pour y présenter son rapport et “pour plaire aux Juifs”. Il laissa Paul en prison. Mais l’autorité de Dieu surpasse toute autorité : Paul devait témoigner à Rome.

PAUL DEVANT FESTUS ET AGRIPPA

Le nouveau gouverneur Festus, qui désirait plaire aux Juifs, suggéra que Paul fut amené à Jérusalem pour y être jugé. Mais Paul, qui se rendait compte du danger que comportait un tel parcours, usa de son droit de citoyen romain pour demander à comparaître devant le tribunal de César. Sa demande fut acceptée. Mais Festus se demanda de quelle accusation on pourrait bien charger Paul. Le cas reposait surtout sur des points d’ordre religieux qui lui étaient forts étrangers. Heureusement, Hérode Agrippa, roi d’un petit territoire du nord de la Palestine, arriva à Césarée. Comme il connaissait parfaitement la religion juive, Festus le consulta sur cette affaire. “ Je voudrais aussi entendre cet homme ” dit le roi Agrippa. Le jour suivant, les notables romains et juifs remplirent en grande pompe la salle d’audience. Le roi dit au prisonnier : “ il t’est permis de parler pour ta défense. ” Paul aurait pu manifester son mépris pour cette vaine mise en scène. Ou encore, il aurait pu flatter le roi avec l’espoir d’en obtenir une faveur. Mais l’attitude et les paroles de Paul étaient empreintes de sincérité et dignité. Il ne plaidait pour sa propre cause, mais celle de son maître. II était ambassadeur de Christ. Chaque chrétien vivrait une meilleure vie s’il se rappelait d’où lui vient son appel. Paul était passé par de rudes épreuves ; il était maintenant prisonnier et pourtant c’est en ces termes qu’il s’exprima tout d’abord : “ Je m’estime heureux, roi Agrippa ” Sûr de marcher selon la volonté de Dieu, il pouvait se réjouir en dépit des circonstances. C’est dans les circonstances difficiles que se révèle la profondeur de nos convictions.

RÉSULTAT DU TÉMOIGNAGE DE PAUL

Après avoir écouté le témoignage de Paul, Festus s’écria : “ Tu es fou, Paul ! Ton grand savoir te fait déraisonner ! ” Quand un homme est bouillant au point que le monde pense qu’il est fou, c’est bon signe ! Un jour viendra où on admettra que le peuple chrétien est le seul sain d’esprit dans un monde en folie. Remarquez la courtoisie de la réponse de Paul (V. 25). En effet, les sarcasmes, le dénigrement ou la raillerie ne gagneront pas les critiques à Christ.
Paul se tourna vers le roi et lui déclara que les faits qu’il avait rapportés étaient bien connus et il lui rappela le témoignage des prophètes. C’est alors qu’Agrippa lui dit : “ Tu vas bientôt me persuader de devenir chrétien ! ” Et il s’attira une réponse pleine de noblesse que l’on pourrait résumer en ces termes : “ Je te souhaite de partager ma foi sans toutefois partager mon infortune ” La salle d’audience était remplie de nobles romains et juifs, mais le plus noble était l’homme chargé de chaînes.

QUESTIONS

1 - Pourquoi Paul alla-t-il à Jérusalem alors que les prophètes l’avaient averti que “ les tiens et la tribulation ” l’y attendaient ?

2 - Qui suscita une émeute parmi la foule ?

3 - Montrer comment Paul réussit à diviser le Sanhédrin?

4 - Comment Paul alla-t-il à Césarée ?

5 - Quelle impression du faire Paul sur Félix, Festus et Agrippa ?

6 - Qui était le plus noble parmi tous tes assistants, le jour où Paul comparut devant Agrippa ?