Créer un compte | S'identifier
Le Premier Ministère de Jésus (Luc 4 : 14-44)
 

ÉPOQUE : 27 avant 3-C.
LIEU : Désert de Judée, Nazareth, Capernaüm.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE : Le travail que l’on entreprend pour le Seigneur doit être conduit selon la voie qu’Il a lui même tracée et sous l‘inspiration du Saint-Esprit.

    TEXTE -D’OR : « Jésus revêtu de la puissance de L’Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans le pays d’alentour ». Luc 4:14.
 
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi – Luc 4 : 31-41.
Mardi – Luc 1 : 26-38.
Mercredi – Luc 1 : 39-58.

    Jeudi – Luc 2 : 1-20.
Vendredi – Luc 2 : 21-38.
Samedi – Luc 2 : 39-52.
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

(Luc 4 : 31-41)

Sur les bords du Jourdain, le Seigneur Jésus avait reçu une onction par laquelle Il devenait capable de détruire toutes les oeuvres du diable. Prévoyant et croyant les effets de cette puissance, l’ennemi avait tenté en vain Jésus pour que ce dernier l’utilise pour lui-même au lieu de la réserver pour le service de Dieu. Dans notre leçon nous verrons Jésus à l’oeuvre, délivrant les hommes de leur ignorance spirituelle en prêchant et en enseignant et les délivrant de l’emprise de la maladie et des démons par sa puissance miraculeuse.

I – LA PUISSANCE DE CHRIST SUR LES HOMMES

La prédication et l’enseignement des rabbins ou scribes é taient plutôt arides ; cela consistait en mornes exposés des Écritures, en pointilleuses discussions au sujet des rites et en stériles controverses sur des points de doctrine; le tout d’ailleurs s’appuyait sur l’autorité des docteurs des temps passés.
Le peuple supportait patiemment ces vaines considérations pensant au surplus que c’était là un devoir qui mériterait une récompense. Mais quand Jésus prit la parole dans la synagogue le contraste, fut si frappant qu’il étonna fortement l’assistance.
Ce n’était sans doute pas la grande foule ce jour-là dans cette synagogue. Le maître parlait avec l’autorité de Moise et des Prophètes, disons plus, avec l’autorité du Dieu Tout Puissant lui-même. Mais les paroles de ce maître fontelles encore autorité pour nous aujourd’hui ? Sa réponse est celle-ci
« Les cieux et la terre passeront mais mes paroles ne passeront point. Il demeure un guide toujours semblable à lui-même dans un monde toujours changeant. Nous vivons dans un monde qui ne cherche que le changement, un monde qui recherche le modernisme dans toutes les branches de la vie. Les hommes qui voulurent même un changement dans l’enseignement au sujet de la création se mirent à parler d’évolution; comme ils désiraient un changement dans le caractère permanent du mariage, ils inventèrent la doctrine du divorce et de l’union libre ; les hommes qui auraient voulu un changement dans le plan du salut essayèrent de se passer du ciel en prétendant pouvoir se créer un paradis sur la terre; Ils voudraient changer ce qui est à la base de la responsabilité de l‘homme pour se libérer de la doctrine d’un châtiment futur.

Alors qu’il est bien certain qu’en beaucoup de choses il est souhaitable d’apporter des améliorations et des perfectionnements, il est dangereux, au contraire d’apporter des modifications dans d’autres domaines et spécialement dans ceux concernant la morale et la foi. Parmi les opinions flottantes et les coutumes passagères de ce monde l’homme a besoin de quelque chose d’éternel qui puisse fixer son esprit et son âme. Dans un monde riche en opinions humaines bâties sur le sable, l’homme doit avoir un rocher solide, inamovible sur lequel pourra reposer l’idée de vie et d’éternité. La parole de Christ procure ces fondements car c’est une parole de vie éternelle et d’éternelle vérité.

2 – LA PUISSANCE DE CHRIST SUR LES DEMONS

L’autorité de notre Seigneur s’est manifestée aussi bien dans ses actions que dans ses paroles. Il n’a pas seulement délivré l’esprit des hommes de l’erreur et leur volonté de l’idée de rébellion mais il a aussi libéré leur corps des chaînes du démon et de la maladie.
Pendant que Jésus était là, prêchant, un démoniaque, malade dans son esprit, ayant l’intuition que le Maître pouvait le délivrer s’approcha. Mais les démons qui étaient en lui protestèrent : « qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ?

   
Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es le Saint de Dieu . Par ces paroles, les démons semblaient dire « Laisse-nous tranquilles », car ils auraient voulu un compromis « Laisse-nous tranquilles » semblaient-ils dire et « nous permettrons à cet homme d’avoir une apparence religieuse, de se déclarer lui-même le Saint de Dieu, de réciter son credo, même de prier mais nous conserverons son contrôle ».

Beaucoup en effet admettent la doctrine chrétienne sans donner vraiment leur coeur au Seigneur. Ils disent qu’ils croient mais leur conduite n’est pas en harmonie avec leur profession de foi. (Jacques 2 : 19-20). En eux aussi, les démons rejettent le ministère de Christ et disent « Laisse-nous tranquilles »; ils n’ont pas besoin qu’on leur prêche ceci ou cela, ils ne songent nullement à prendre en considération le péché et la mort, l’éternité et le jugement. Mais quand leur heure viendra, quand ils ne supporteront plus de doctrines ronflantes, que fera le prédicateur ? Il prêchera la Parole comme le dit l’Apôtre Paul (2 Timothée 2 : 2-3).

Le démon était indigné de l’intervention de Jésus... les hommes disent en effet « prêchez sur les péchés des Babyloniens et des Égyptiens mais laissez les nôtres tranquilles, ils ne sont pas votre affaire, notre vie privée ne concerne que nous ». Si nos chutes personnelles, et nos péchés avaient, une voix ils pourraient aussi dire : « qu’y a-t-il entre nous et toi ? »

Mais Le Seigneur répondit au démon :
« Tais-toi et sors de cet homme. » Telle doit être notre attitude envers toutes sortes de démons ni compromis, ni abandon !
Quand les démons témoignèrent de la divinité de Jésus, le Seigneur n’en fit aucun cas.Comparer avec Marc 1 : 34. Pourquoi Jésus, repousse-t-il un témoignage exact ? Parce qu’il est des témoignages qui n’aident pas sa cause. Si un homme qui fait profession de croire vit délibérément dans le péché, si sa façon de vivre est connue de tous et si malgré cela il se lève un jour pour témoigner de la puissance salvatrice de Jésus, son affirmation aura beau ê tre vraie, elle ne sera pas à la gloire du Sauveur. « Je suis un de vos convertis, hoquetait un jour un ivrogne s’adressant à un évangéliste
« Mon ami répondit le Serviteur de Dieu, vous êtes peut-être un de mes convertis mais certainement pas un de ceux du Seigneur »

3 – LA PUISSANCE DE CHRIST SUR LA MALADIE

En retournant chez lui, Pierre apprit que sa, belle-mère é tait malade, terrassée par la fièvre. Il en avisa aussitôt le Seigneur et c’était là l’attitude la plus sage. Et celui qui avait été si ferme et si sévère en présence des démons devint tendre en présence d’une peine humaine. « S’étant approchée, il la fit lever en lui prenant la main et à l’instant la fièvre la quitta ». (Marc 1 : 29-31). Partout où le Seigneur est invité, ses hôtes sont comblés. Aujourd’hui si nous le recevons en reconnaissant sa présence et son autorité dans notre demeure, il saura nous payer de retour. « Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi ». (Apocalypse 3-20).

« Et elle se leva et les servit ». (Luc 4-9). Aussitôt elle utilisa ses forces ainsi recouvrées pour les servir. N’est-il pas naturel et convenable de servir celui qui l’avait guérie ? Dieu ne nous bénit pas seulement pour nousmêmes mais aussi pour les autres.