Créer un compte | S'identifier
Christ nous apprend à prier (Luc 11 : 1-13 ; Matthieu 6 : 1-18 ; Marc 11 : 22-26)
 

EPOQUE : 28 après J. C.
LIEU : Judée.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE: La foi et la persévérance apporteront la victoire par la prière.

    TEXTE D’OR : « demandez et l’on vous donnera cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. » Luc 11 : 9
 
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi - Luc 11 : 1-13
Mardi - Genèse 18 : 23-33.
Mercredi - Daniel 9 : 3-19


    Jeudi - Psaumes 63 : 1-11
Vendredi - Ephésiens 1: 15-23; 3 : 13-19
Samedi - Marc 11 : 12-26
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

(Luc 1 : 1-8, 11-13)

Nous pensons que le Seigneur Jésus-christ a passé beaucoup de temps en prière. Il semble en effet que la demande que font les disciples au début de ce chapitre prouve qu’ils savaient que le Maître passait de longs moments en prière. Il était donc normal qu’Il viennent vers Jésus et lui posent cette question à la fois simple et pressante : « Seigneur, enseigne-nous à prier ». C’est là une demande que chacun d’entre nous pourrait faire à Jésus quand nous venons à ses pieds. Rien n’est plus important dans la vie chrétienne que de savoir prier.

1. Instruction sur la Prière.

Nous pouvons bien imaginer que les disciples ne réalisaient pas la profondeur de cette question. La prière é tait d’une importance vitale parmi les Juifs, bien qu’elle ait souvent dégénéré jusqu’à en devenir un simple rite. Il en résultait une grande variété dans la façon de prier parmi les différents groupements de croyants juifs. Jean-Baptiste avait déjà exposé quelle était selon lui la meilleur façon de prier et cela apparaît nettement au début de ce chapitre 11 « Seigneur, enseigne-nous à prier comme Jean l’a enseigné à ses disciples ».

Eléments de la prière.
Notez bien les différents éléments qui constituent la prière que Jésus nous donne en modèle. Elle commence par une expression qui rappelle notre parenté « père ».
La véritable prière en effet s’appuie sur notre parenté avec Dieu. Nous avons la permission d’aller vers lui, nous pouvons nous adresser à Lui parce que nous sommes Ses Enfants et qu’il est Notre Père. Cette parenté a été établie par Jésus; c’est par la rédemption que nous pouvons nous approcher de Dieu et que nous sommes devenus fils de Dieu. C’est par la vénération par l’amour, par la louange que nous nous approchons de Lui : « Que ton nom soit sanctifié ». Tous nos efforts doivent tendre à favoriser, à aider le plan de Dieu : « que ton règne arrive »

La vie d’un chrétien doit être centrée sur un but : tout faire pour le Seigneur, Vivre pour Lui afin que le royaume de Dieu vienne plus rapidement sur cette terre.

Le coeur d’un chrétien se révèle par ces mots : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Pour un chrétien, en effet, le plus cher désir de tout son être doit ê tre que la volonté de Dieu s’accomplisse non seulement sur la terre comme au ciel non seulement dans la vie des autres mais aussi dans sa propre vie.
Finalement, nous arrivons à la requête concernant nos propres besoins et elle est tout entière contenue dans cette simple phrase : « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ». Le mot pain signifie tous les besoins de notre vie considérée au point de vue spirituel.
La demande concernant le pardon des péchés s’accompagne, d’une comparaison avec notre conduite envers autrui : « Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé »
Qu’arriverait-il si- Dieu mesurait son pardon sur celui que nous accordons à notre prochain ? Cela est une question sérieuse que nous devons prendre en considération pour nos relations avec nos frères et nos soeurs en Christ.
La prière se termine par une requête concernant la délivrance des tentations et du démon. La,relation par Luc de cette prière modèle est moins complète que celle de Matthieu mais les principaux éléments s’y retrouvent.

2. Importunité dans la prière.

L’enseignement de Jésus sur la prière ne sarrète pas à ce simple plan. Il se hâte aussitôt de mettre en relief une grande vérité spirituelle qui a d’étroits rapports avec la prière. Cette vérité c’est l’importunité, c‘est à dire la volonté bien arrêtée de persister dans la prière jusqu’à ce que on ait obtenu une réponse). Et Jésus, pour illustrer sa pensée, raconte aux disciples une délicieuse petite histoire.

Rappelons-nous avant de considérer cette histoire que nous ne devons pas espérer que chaque détail puise s’appliquer directement et exactement à Dieu et à ses enfants dans leurs relations véritables. Il s’agit. d’une parabole ou d’une allégorie.

   

Elle est destinée à illustrer une certaine vérité. Nous ne devons pas en déduire que Dieu est lent et peu disposé à répondre à nos prières. Christ ne veut pas enseigner cela. Il veut seulement montrer que nous devons insister et prier jusqu’à ce que nous soyons exaucés.

L’Ami mal disposé.
Cet homme qui avait assez de pain d’avance pour en prêter n’était pas disposé à ouvrir sa porte à un ami. Il était tard : minuit. La famille est éveillée par de grands coups frappés à la porte. Celui qui frappe ainsi demande du pain car il en est à court. Une voix à demi endormie répond : « .Ne m’importune pas; la porte est fermée, mes enfants et moi nous sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner du pain ».

Il est bon de savoir que dans ces pays d’Orient il était fréquent que la famille entière repose dans un vaste lit. Ce lit consistait généralement en une large natte étendue sur le sol. Par une excuse quelconque, ce père de famille refuse d’aller ouvrir la porte peut-être difficile à ouvrir en de pareilles conditions et de donner le pain que demande son ami.

Dieu agit-il ainsi ? Non, nous le savons. Toutefois, il nous semble, parfois notre prière pourtant si ardente semble demeurer sans réponse et, nous demandons si Dieu est disposé à nous écouter et à nous aider.

Le Solliciteur persévérant, Comment cet homme, à l’extérieur, obtint-t il ce qu’il sollicitait ? En demeurant à la porte, frappant et criant jusqu’à ce que, désirant absolument se débarrasser de lui l’homme, à l’intérieur, lui ait enfin donné ce qu’il demandait et même davantage. Il se leva et donna du pain au solliciteur, non pas parce qu’il aimait ce dernier, non pas parce qu’il était dans sa volonté de le donner mais pour se débarrasser de cet importun qui frappait à sa porte. Persistez dans la prière ; demandez sans vous lasser ; attendez patiemment; frappez sans cesse. Votre importunité, pour mieux dire votre insistance auront gain de cause.

3. Confiance dans la prière.

Comment se fait-il que bien souvent notre foi en la prière et en Dieu se trouve affaiblie.
Après sa méditation sur la prière, Jésus n’a-t-il pas fait cette remarque « quel est parmi vous le père. qui donnera une pierre à son fils, s’il vous demande du pain ? ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d’un poisson ? ou, s’il demande un oeuf, lui donnera-t-il un scorpion ? ». Et il ajoute : « Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison !e Père céleste donnera t il le Saint-esprit à ceux qui le lui demandent ».
Comme cela est évident et comme cela devrait être naturel. Nous avons l’habitude de voir, sur la- terre, les pères faire tout ce qu’ils, Peuvent pour leurs enfants. Aussi serait-il naturel de nous persuader que nous pouvons attendre davantage encore de notre Père céleste car il veut faire bien plus pour nous que ne le ferait un père selon la chair. Cela est simple n’est ce pas? Et comme c’est raisonnable nous pouvons le croire de tout notre coeur.
Nous pouvons être assurés que Dieu entendra, nos prières et qu’i y répondra car il est notre Père et nous sommes ses enfants. Cette parenté a été établie par Jésus au moyen de la Rédemption. L’apôtre Jean en parle en termes précis « A tous ceux qui l’ont reçue (la lumière), à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme mais de Dieu » (Jean 1-12). Le fait d’être devenus enfants de Dieu nous donne une raison majeure de croire que nos prières seront entendues.

La promesse du Saint-Esprit.
Dans la même affirmation, Matthieu (7-12) cite ces paroles de Jésus : « .a combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ». Mais Luc rapporte ainsi la déclaration de Jésus « A combien plus forte raison le Père Céleste donnera-t-il le Saint-esprit à ceux qui le lui demandent ». Tous deux sont dans la vérité et d’accords car nous savons que Dieu veut donner de bonnes choses en réponse aux prières de ses enfants. Mais nous savons aussi que la meilleure chose, le plus grand don que Dieu peut faire à un chrétien est le Saint-esprit qui fera sa demeure en lui.