Depuis le jour où tu quittas la terre,
J'ignore si, par delà du tombeau,
Les anges saints tout brillants de lumière,
T'ont accueilli dans un monde plus beau ?

Je veux savoir de quelles joies sublimes
Tu dois jouir auprès de ton Sauveur,
Car entre nous s'étendent des abîmes;
Ah! parle-moi de ton divin bonheur!

As-tu grandi sous les rayons célestes
Jusqu'à nous prendre en profonde pitié?
Sont-ils si beaux les parvis où tu restes
Que notre amour, tu l'aurais oublié?

As-tu trouvé nos amis dans ta gloire
Pour leur parler des peines du passé,
Et rappeler, sans doute, à leur mémoire
Mon grand chagrin quand ils m'ont tous laissé?

As-tu compris l'insondable problème
Que nos esprits voudraient chercher encor?
Et portes-tu le divin diadème,
La blanche robe et la couronne d'or?

Ne peux-tu donc, en soulevant les voiles,
Nous révéler les délices des cieux?
Nous envoyer d'au delà des étoiles,
Un mot d'amour qui nous rendrait joyeux?

Mais Dieu défend que mon coeur te questionne !
Il me suffit de savoir par la foi
Qu'au ciel Jésus me garde une couronne,
Qu'auprès de lui tu vivras avec moi.