Passage Clé : Néhémie 4 : 1 à 5 : 19

Néhémie pouvait mettre la main à beaucoup de choses. li ne possédait pas seulement la capacité de prier, mais aussi de faire des plans. II était dévoué non seulement à Dieu, mais aussi à ses devoirs. Sous sa direction, le travail de reconstruction des murs avança convenablement. En fait, Néhémie était telle­ment à même d’inspirer les gens, depuis les souverains sacrificateurs et les chefs de la ville jusqu’aux personnes les plus humbles, que les murs furent reconstruits en cinquante deux jours exactement.

Cela ne se fit pourtant pas sans problèmes. Irrités parce que le travail avançait si bien, certains ennemis firent leur apparition, essayant de contrecarrer les plans de Néhémie. Ce furent Sanballat, le gouverneur de Samarie et ses deux associés. Tobija l’Ammonite et Geshem l’Arabe. Ils lancèrent leurs attaques de différentes façons, mais ils ne réussirent pas, parce que Néhémie fit face à l’opposition avec courage, foi et action.

L’opposition de l’extérieur - Néhémie 4 : 1-23

Une des armes les plus employées de Satan, et certainement une des plus effectives est le ridicule. Sanballat et ses amis l’employèrent pour commencer. « A quoi travaillent ces Juifs impuissants ? ». Ils insultèrent les travailleurs. Ils attirèrent l’attention sur les monceaux de détritus. Sanballa se moqua en disant : « Si un renard s’élance, il renversera leurs mu­railles de pierres ».

Mais le ridicule de ces ennemis de l’oeuvre de Dieu n’eut aucun effet sur Néhémie. Il n’était pas le genre d’hom­mes dont on se moque parce qu’il faisait ce qu’il savait être la volonté de Dieu. li fallait plus que des plaisanteries jalou­ses noir l’arrêter.

Les ennemis samaritains espéraient produire la crainte et la division dans les rangs des Juifs par le ridicule, mais ils échouèrent. Ils avaient sous-estimé la foi et le courage de Néhémie.

Comment Néhémie agit-il devant cette attaque ? II employa la prière comme arme principale pour repousser l’ennemi. Il savait qu’il faisait l’oeuvre de Dieu et c’est pourquoi il pouvait s’attendre à l’aide de Dieu. Au travers du livre de Néhémie, nous trouvons des prières de cet homme de Dieu. Quand un problème se posait, Néhémie avait recours à la prière. Néhémie 4:9 dit : « Nous priâmes notre Dieu ». il est possible que Néhémie convoqua une réunion de prière spéciale à cause de la situation.

Sage est l’individu, sage est l’Église qui fait de la prière sa première ligne de défense. Après tout, notre véritable combat n’est pas contre la chair et le sang. Satan est notre véritable ennemi. Naturellement, il emploie parfois des hommes, mais nous devons les reconnaître comme n’étant que les agents de Satan et que celui qui est derrière est notre ennemi réel.

Quels mots pleins d’inspiration sui­vent la prière de Néhémie au chapitre 4. « Nous rebâtîmes la muraille, qui fut par­tout achevée jusqu’à la moitié de sa hauteur. Et le peuple prit à cœur ce travail». Néhémie employa l’arme appelée « travail » avec la prière, et avec la volonté et la détermination de réussir, et le peuple continua de bâtir le mur. Sous la stimulation de l’opposition de l’extérieur et de la prière de l’intérieur, le travail avança rapidement.

Quand les ennemis de l’oeuvre de Dieu virent que le ridicule ne servait à rien, leur colère augmenta et ils menacè­rent d’employer la violence pour empêcher le travail sur la muraille. Quelques personnes commencèrent alors à se décourager à cause de ces difficultés. La grande quantité de débris les empêchait de travailler. De fausses rumeurs commencèrent à se répandre que l’ennemi attaquerait bientôt. Les problèmes se multipliaient pour Néhémie.

Néhémie fit face aux problèmes avec son allant habituel et une préparation soigneuse. Le verset 14 révèle l’attitude double de Néhémie. Au sujet de l’ennemi, il dit au peuple : « Ne les craignez pas » Au sujet de Dieu, il dit « Souvenez-vous du Seigneur, grand et redoutable ». En se rappelant l’assurance de l’aide de Dieu et Sa puissance, Son peuple n’avait pas à craindre l’ennemi.

Parfois des croyants travaillent avec cette idée qu’ils ne devraient rien faire, s’ils se confient en Dieu. Néhémie prouve que cette idée est incorrecte. Il prépara tout pour prévenir une attaque de l’ennemi. En outre, même avec de grands handicaps, il continua de pousser de l’avant le travail de construction. Il fit des plans soigneux et conduisit les gens à faire ce qu’ils pouvaient. Mais en plus de tout, il se confia en Dieu en disant « Notre Dieu combattra pour nous » (Néhémie 4:20).

Jamais travail ne fut fait sous de plus difficiles circonstances. D’une main, les ouvriers tenaient leurs outils pour bâtir le mur et de l’autre ils tenaient une arme en cas d’attaque soudaine. Les ouvriers étaient assez éloignés les uns des autres sur la muraille; alors, Néhémie établit un système d’alarme. Un homme avec une trompette se tenait près du gouverneur pour donner le signal en cas d’attaque.

Ces préparatifs produisirent un bon résultat. Quand l’ennemi vit la vigilance du peuple de Dieu, il abandonna ses essais d’empêcher le travail au moins temporairement.

Opposition de l’intérieur - Néhémie 5 : 1-13

Nous considérons l’opposition extérieure comme notre plus grand problème. Mais l’opposition intérieure peut même être plus mortelle, il y a même plus de dangers pour l’Eglise de l’intérieur que de l'extérieur. Les faillites de soi-disant chrétiens ont fait plus de tort à la cause de Christ que toutes les persécutions que l’Église a eu à supporter.

Les gens du pays passaient par un temps de grande tension. La plupart des gens étaient pauvres. La famine était venue dans le pays, et pour payer leurs taxes au roi de Perse, certaines personnes avaient été obligées de mettre en gage leurs terres, leurs vignes et leurs maisons. Même certains avaient été forcés de vendre leurs enfants comme esclaves afin de se procurer le nécessaire pour vivre.

Le peuple réclama contre le fait de vendre leurs enfants qui leur étaient aussi chers que ceux de leurs frères plus riches pourtant, à cause de leur pauvreté, ils étaient en danger de perdre leurs propriétés aussi bien que leurs enfants.

Néhémie avait de forts sentiments et il s’indigna justement contre cette pratique. « Je fus très irrité lorsque j’entendis leurs plaintes et ces paroles-là, dit-il » (Néhémie 5:6). Comment le peuple du pays pouvait-il s’attendre à ce que Dieu pourvoie à leurs besoins s’ils ne Lui obéissaient pas ? Longtemps auparavant, Dieu avait défendu à Son peuple de prêter à leurs frères et spécialement d’exercer l‘usure sur ce prêt. En opprimant leurs Frères plus pauvres, ils ignoraient et négligeaient l’esprit même de fraternité.

Néhémie était un homme droit. Il croyait à l’action. Avant tout, nous est-il dit, il réfléchit. D’habitude il est bon de discuter de la question avec les autres, nais Néhémie sentit que c’était une situation qui n’exigeait pas de discussion.

Le gouverneur Néhémie convoqua une assemblée publique. Courageusement, il réprimanda les nobles et les chefs devant tous. Il nomma leurs péchés et il leur demanda de faire ce qui était correct en rapport avec leurs frères.

Néhémie n’aurait pas été dans la posi­tion de pouvoir le faire s’il n’avait pas lui-même montré le bon exemple. Il avait employer son argent pour aider à rache­ter quelques Juifs qui avaient été vendus aux païens. II était évident que ce n’était pas correct pour ces mêmes personnes d’être vendues à leurs frères. Néhémie trouva une magnifique raison de faire ce qui est convenable : « Ne devriez-vous pas marcher dans la crainte de notre Dieu pour n’être pas insultés par les nations nos ennemies ? » (Néhémie 5:9). Nous devrions faire ce qui est correct, naturellement, simplement parce que c’est correct. Mais il y a une raison supplémen­taire de témoignage que nous offrons à ceux qui ne connaissent pas notre Dieu.

La réprimande porta effet. Ceux qui avaient péché de cette façon firent resti­tution et promirent de ne plus pécher dans ce sens. Pour renforcer cette pro­messe, Néhémie leur fit faire serment qu’ils accompliraient leur promesse.

Néhémie nous présente un exemple vivant de la façon dont nous devons nous conduire en face de l’opposition. Nous devons d’abord présenter la question au Seigneur dans la prière. Ensuite, nos actions doivent basées sur la Parole de Dieu. Et nous devons être droit en arrivant à la décision finale. Et, ce qui est très important, nous devons agir d’une manière qui amènes les autres à avoir confiance en nous.