L'ESPÉRANCE

Passage Clé : 2 Corinthiens 4:1 à 5:10

Peu de sermons ont été prêchés sur le sujet de l’espérance et parfois des prédicateurs en parlent comme un genre de petite foi. Mais l’espérance chrétienne est une possession très réelle et comme un chant le dit : « Mon espérance n’est basée sur rien moins que le sang et la justice de Jésus ». Elle trouve sa source en Jésus et en ce qu’il fera pour nous.

La Source de l’Espérance - 2 Corinthiens 4:1-7

Il n’y a rien d’incertain au sujet de cette espérance. Bien qu’il soit vrai que nous ne connaissons pas le temps de son accomplissement (la vie à venir après la mort), nous sommes certains qu’elle s’accomplira. Paul avait établi ce fait dans sa première épître aux Corinthiens quand il prouva que la résurrection de Jésus était nécessaire à une espérance de vie au-delà du tombeau. il dit : « Si c’est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes » (1 Corinthiens 15:19).

C’est tragique que tant de personnes ne comprennent pas et n’acceptent pas cette glorieuse espérance. Paul déclare que « le dieu de ce monde a aveuglé l’intelligence des incrédules, afin qu’ils ne voient pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ » (2 Corinthiens 4:4).

Pour comprendre ici l’argument de Paul, retournons au troisième chapitre de ce même livre où l’apôtre parle de la gloire de Dieu révélée au Sinaï et aussi sur le visage de Moïse. Les Israélites demandèrent à Moïse de placer un voile sur sa face parce qu’ils ne pouvaient voir cette gloire.

Les hommes mettent sur leur visage un voile d’incrédulité, peut-on dire, et ils ne peuvent ainsi voir la gloire du Christ ressuscité. Cela rend possible à Satan d’aveugler encore davantage leur entendement.

Souvenons-nous cependant que si la cause de l’aveuglement est Satan, c’est l’incrédulité volontaire des pécheurs qui leur fait repousser l’Evangile.

Notez l’humilité de Paul quand il dit « Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes, c’est le Seigneur Jésus-Christ que nous prêchons » (2 Corinthiens 4:5). Il donne toute la gloire à Dieu, rapprochant cela de la création. Tout comme Dieu au commencement a dit : « Que la lumière soit » et l’amena à l’existence, ainsi Dieu a laissé briller la glorieuse lumière de l’Evangile dans le cœur de Paul et maintenant par lui dans les autres.

Employant une autre figure de langage, Paul déclare que ce trésor de gloire se trouve dans des « vases de terre ». Il n’essaya jamais de s’exalter. Rappelons-nous toujours que Dieu peut nous employer le plus quand nous Lui donnons la gloire.

Le Triomphe de l’Espérance - 2 Corinthiens 4:8-18

Ces versets nous permettent de jeter un regard dans la vie de l’apôtre Paul et dans quelques-unes des épreuves qu’il endura : « Troublé, dans la détresse... persécuté... abattu... Portant... la mort de Jésus ». Pas une image agréable, n’est-ce pas ? Des croyants peuvent avoir imaginé que ce serait une grande chose que d’avoir un ministère comme celui de Paul; dans ce cas, ils devraient jeter un regard à ce que cela a coûté à cet homme.

Ne vous arrêtez pas simplement à la lecture des mots du paragraphe précédent. Car pour chacun d’eux, il y a une expression opposée qui explique pourquoi Paul ne se laissa pas décourager, en dépit de tous ses ennuis.

S’il était pressé de toute manière, il n’était pas réduit à l’extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir, persécuté, mais non abandonné; s’il « portait la mort de Jésus » la vie de Jésus se manifestait en lui.

Quel exemple extraordinaire — un croyant qui pouvait triompher des circonstances.

Maintenant nous pouvons venir au cœur de ce qui faisait vivre Paul si triomphalement. C’était vrai qu’il était encouragé parce que dans toutes ses épreuves il avait la présence de Dieu et il savait qu’en dépit de tous ses ennuis, il faisait quelque chose d’autre qui rendait Paul capable d’être vainqueur, Il possédait l’espérance de la gloire Éternelle.

Paul était certain de la résurrection. Qu’est-ce que cela pouvait lui faire de mourir pour l’Evangile ? Sa vie réelle était au-delà de la tombe. Il risquait sa vie pour en gagner d’autres au Seigneur, mais il savait que beaucoup de ceux-ci partageraient avec lui les gloires du temps de la résurrection.

Peut-être qu’au-dessus de tout autre chose, Paul avait reçu une vision de la gloire qui l’attendait dans la vie à venir. C’était sa conviction que les choses temporelles, de cette vie, ne sont pas à comparer avec les choses éternelles et ce qui est éternel est le plus important.

TEXTE D’OR : Fortifiez-vous et que votre cœur s’affermisse, vous qui espérez en l’Eternel.(Psaume 31 :24)


Le But de l’Espérance - 2 Corinthiens 5:1-10

Dans le chapitre 5, l’apôtre Paul continue sa ligne de pensée. Il commence avec les mots triomphants « nous savons ». Ce n’était pas une vague anticipation : son espérance était basée sur des faits dont il était sûr. Dans ce passage, Paul glisse dans une métaphore par laquelle il illustre ce qu’il veut dire concernant la vie future. Il décrit son corps terrestre comme une tente, une structure temporaire; il se réfère alors au genre de corps qu’il aura dans la vie à venir comme une construction, quelque chose de permanent.

Si nous pouvions saisir la véritable signification de ce que Paul dit ici, le point de vue de la mort que nous avons pour la plupart serait profondément changé. Bien que ce soit vrai qu’on ne peut s’empêcher de regretter un bien-aimé quand il quitte cette vie, le point de vue chrétien devrait cependant être entièrement différent de celui du monde.

Illustrons-le de cette façon : Supposez que vous vivez avec un ami dans des tentes dans une contrée septentrionale. Supposez qu’il ait vécu dans cette tente pendant des années, et qu’elle ne lui ait donné qu’une pauvre protection contre les vents d’hiver. Supposez que cette tente soit devenue vieille et qu’avec l’écoulement du temps elle ne puisse plus garantir une protection adéquate contre les éléments. Supposez alors que, par un heureux hasard, cet ami reçoive un héritage qui inclut une nouvelle et magnifique maison dans une partie du monde qui jouit d’un climat délicieux. Il reçoit également des revenus suffisants qui pourront combler tous ses besoins et au-delà. Il devrait naturellement faire le voyage vers ce nouvel endroit; mais en une nuit, en voyageant par avion, il pourrait atteindre cet endroit nouveau. Même si la compagnie de votre ami vous manquerait, vous ne pourriez quand même pas être rempli de tristesse à son départ — spécialement si vous saviez que vous pourrez le suivre dans le même genre de circonstances heureuses avant peu ?

C’est ce que Paul essaie de dire dans ce passage de l’Ecriture. Il décrit nos corps comme des tentes parce que nous sommes temporaires. Dans le monde à venir, Dieu prépare une demeure pour chacun de nous, quelque chose qui ne passera jamais et qui surpassera notre état présent plus que nous pouvons le décrire ou même l’imaginer. Nous ne pouvons nier qu’en vieillissant nos corps deviennent de moins en moins une habitation convenable pour notre âme. Au moment où nous naissons, nous commençons à mourir. Mais quelle « demeure » Dieu a bâti pour ceux qui L’aiment

Paul savait que ce transfert d’une tente à une demeure pouvait se faire d’une de ces deux manières : soit par la mort et alors la résurrection à la venue de Christ, soit à l’enlèvement, si nous sommes encore vivants quand Jésus reviendra. Comme beaucoup qui croient à la seconde venue de Christ, Paul espérait vivre jusqu’à ce moment-là. Mais en réalité, cela lui importait peu, car il avait le même point de vue à longue échéance que Dieu. En outre, il savait que s’il devait mourir, il serait immédiatement présent avec le Seigneur, Celui qu’il aimait.

La première ambition de l’apôtre (et elle devrait être la nôtre) ne concernait pas ce qui lui arriverait, mais ce qui arriverait en lui. Selon les versets 9 et 10, le premier intérêt de Paul était de vivre d’une telle façon que son apparition devant le tribunal de Christ lui vaudrait une récompense et non un blâme. Il savait qu’un jour il rendrait compte de ce qu’il avait fait dans son corps. Il voulait vivre d’une façon à plaire au Seigneur. Cela ne provoquait pas de terreur en Paul, car il savait que les choses qu’il avait faites pour la gloire de Dieu lui procurerait une récompense quand il se présenterait devant son Maître.

Pour avoir une liste des épreuves par lesquelles Paul passa, lire 2 Corinthiens 11:23-33.

Pour apprendre davantage concernant l’espérance de Paul, lire 2 Timothée 4:8 et Philippiens 1:20-21. Le dernier passage insiste sur l’attitude convenable qu’il faut avoir envers la vie et la mort.